Flash info !

La Porte de Pied de Ville: au XVIIIe sc., le quartier de Pied de ville était le faubourg des artisans, cordonniers, tisserands, tonneliers. Sur le fronton de la porte est inscrite la devise de Sumène "Ayant Dieu pour défense, nous ferons résistance". Après le XVIIIième siècle, le quartier de Pied de ville était le faubourg des artisans.

 L'ancien cimetière, utilisé du VIIIe au XIXe siècle. Abandonné au profit d'un nouveau site à partir de 1884, son mur et ses tombes ont été détruits vers 1904 pour laisser place à un jardin public.

 

 

Le monument aux morts Le square du Plan accueille un monument aux morts de la guerre de 1914-1918. Ce monument est composé de pierre de taille et de fonte. La scène décrit la patrie reconnaissante offrant une couronne à un soldat mort que veille une femme, un portrait de Jeanne d’Arc en médaillon, un portrait d’un chevalier médiéval casqué en médaillon, les armoiries et croix au sommet du fronton. Ce monument fut inauguré le 11 novembre 1923.

La Porte et la Tour du XIIe sc. dite Portail de la Font de la Ville, c'est la seule tour des remparts qui fut préservée de la démolition lors du démantèlement des fortifications.

Le monument aux morts qui a été inauguré le 11 novembre1923 en présence du général Jean-Baptiste Marchand, alors conseiller général du canton de Sumène. Il a été rénové en 2016. Les noms de 91 poilus décédés durant la Première Guerre Mondiale y sont inscrits.

 L'ancienne caserne et prison, devenue mairie en 1787 jusqu'à son transfert dans un nouveau bâtiment depuis juillet 2013. Sa façade a été remaniée au début des années 1920. Aujourd'hui elle abrite l'espace pour tous L'Escale

La Porte des Remparts: XIIe sc. Le Portail du Pont était une porte surmontée d'une tour qui servait de beffroi urbain et portait l'horloge communale. On peut y apercevoir deux superbes canonnières. (photo début 1900)

 

 Deux tours ont été ajoutées et la construction du milieu détruite.

 

Les Ponts

Pont du Chemin de Fer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Pont du Recodier date du XIième siècle. Il constitue le pont le plus ancien de Sumène. Il fut très utile au 18ième siècle lors de l’installation des premières filatures à proximité de la rivière.

 

La Salle Ferrier Au Moyen-Âge, on y trouvait la Maison de la Ville ou maison Consulaire (ancêtre de notre mairie actuelle) et la chapelle Saint-Jacques. Devenus lieu de culte catholique de terribles inondations emportent le rempart avec la Chapelle. Le bâtiment devint successivement une filature et enfin une tonnellerie puis prit le nom de Salle Ferrier (donateur de la salle à des associations laïques).On pratiquait la spéléologie le ski club, la danse, le ping-pong. La grande époque fut aussi celle des bals, où accourait toute la jeunesse de la région. Dernièrement, en 2001, la municipalité a racheté la Salle à l’Association des Parents d’Elèves. 

Les Erbum:

Ce passage donnait accès aux anciens remparts et au chemin de ronde.Du côté des habitations, ce passage dessert des caves, tandis que du côté des remparts de nombreuses traces et quelques vestiges ponctuent le parcours.

Le porche des Bémis, Bohémiens en Occitan X et XIIe sc. ancien passage pour accéder à l'église du Plan et pour se rendre aux villages voisins

Le four banal appartenait au seigneur de Saint-Martial qui l’entretenait et la population avait l’obligation d’y cuire son pain. Il servit de salle de réunion aux Jacobins pendant la révolution. 

 

 

Inscription au titre des monuments historiques.

Depuis le 18 décembre 2014 le Domaine de Tarteron, situé Grand rue et Place de l'Eglise, demeure familiale soigneusement sauvegardée depuis des siècles, appartenant à Monsieur Etienne de CLERCQ, est inscrit au titre des monuments historiques pour l'ensemble du Domaine, à savoir la maison et le parc en totalité ainsi que les façades et toitures de la filature. Cet ensemble présente” un intérêt d'histoire et d'art suffisant pour en rendre désirable la préservation car il constitue un ensemble rare et remarquable qui réunit trois thématiques importantes du patrimoine architectural, industriel et paysager et que cette stratigraphie exceptionnelle témoigne particulièrement bien de l'histoire de cette partie des Cévennes du Sud.” 

La Chapelle St Cyprien Surplombant le hameau du Pouget, au sommet d l'un des Jumeaux, la chapelle d'une abbaye détruite en 1568 a été restaurée. Sur l"autre sommet, se trouvait autrefois les ruines du Château d'Adhémar

Le Prieuré Saint Martin de Cézas, sur un promontoire, entre la montagne de la Fage et la montagne des Cagnasses,  prieuré roman de Saint-Martin de Cézas datant du XIIè siècle. Il comporte une église romane, les bâtiments presbytéraux et un cimetière. Asphodèle le Prieuré, association loi 1901, a pour but la sauvegarde et l'animation du Prieuré St Martin de Cézas et la protection de son environnement.

Quelques vestiges du passé:

Des éléments de modénature remarquables :

Les décors de façades sont abondants : corniches, bandeaux, soubassements, encadrements des fenêtres. De plus, la mise en oeuvre de différents matériaux (plâtre, pierre taillée), de différents travaux d'appareillages et de finitions, offre une grande diversité de modénatures.

Plaque de prix des denrées en 1858  sur la Maison de Boiffils de Massane rue Cap de ville

 

Plaque sur une façade de maison en face du pont du Recodier. Quartie du Recodier

 

Prix du froment sur une façade Renaissance ( XVIème siècle) Grande rue

Bec de Gaz rue Fontaine de la ville

 
 











 
 
 





 
 
 
 
 
 

 

Au XVIIIe siècle, le quartier de Pied de Ville était le faubourg des artisans, cordonniers, tisserands, tonneliers. Sur le fronton de la porte est inscrite la devise de Sumène "Ayant Dieu pour défense, nous ferons résistance". 

 

 

Ce four appartenait au seigneur de Saint-Martial qui l’entretenait. La population avait l’obligation d’y cuire son pain. Il servit de salle de réunion aux Jacobins pendant la révolution. 

Les décors de façades sont abondants : corniches, bandeaux, soubassements, encadrements des fenêtres. De plus, la mise en oeuvre de différents matériaux (plâtre, pierre taillée), de différents travaux d'appareillages et de finitions, offre une grande diversité de modénatures.

 

 

                                                          Plaque de prix des denrées en 1858  sur la Maison de Boiffils de Massane, rue Cap de ville

 

                                                                Plaque sur une façade de maison en face du pont du Recodier, quartier du Recodier

 

 

 

                                                                           Prix du froment sur une façade Renaissance ( XVIe siècle)  Grand'rue

 

                                                                                                    Bec de Gaz rue Fontaine de la ville